Ce site a pour emblème le bou-saadi, couteau traditionnellement fabriqué dans l'oasis de Bou Saâda (Algérie), le modèle que je possède ayant été forgé et monté, au début des années 60, sur commande de mon père qui y fut instituteur pendant plusieurs années. La lame a été forgée à partir d'une lime à métaux (si ma mémoire ne me trahit pas), le manche est en corne (de bélier ? pas sûr...) et le fourreau typique en bois recouvert de cuir (de chameau ?).

Mon attrait (le terme "passion" serait excessif) pour les couteaux a débuté très jeune, en digne successeur de mon père à qui j'ai toujours connu un canif dans la poche. Dès 12 ans, j'ai eu le mien, petit canif à deux lames. Plus tard, à l'occasion de vacances dans les Alpes, je me suis intéressé aux Opinel avant de visiter Laguiole dans les années 80 et d'y découvrir ses fameux couteaux. Mon intérêt s'est ravivé après quelques années de pause lorsque, après mon installation en Ardèche, j'ai découvert l'Ardéchois.

Les photos ont pour la plupart été faites au flash, direct + esclave, d'où des couleurs pas toujours exactes. J'espère pouvoir bientôt en refaire en lumière naturelle (ou artificielle mais sans flash, en mini-studio) pour être plus proche de la réalité.

Un nouveau Laguiole

Début mai 2002, quelques jours de vacances nous ont amenés, après un passage par le Périgord, dans l'ouest-Aveyron. Je ne pouvais décemment pas éviter un aller-retour à Laguiole avant de repartir en direction de Florac et de rentrer en Provence !

Surtout, comme je n'arrivais pas à bien aiguiser la lame en acier 440 de mon Laguiole Rossignol alors que je n'avais pas de difficultés avec d'autres couteaux, j'avais envie d'une lame en acier oxydable, comme celle de mes Opinel, que j'espérais pouvoir affûter plus aisément.

Ce jour-là, un vent glacial soufflait sur l'Aubrac ! et du coup, nous n'avons guère traîné à Laguiole, pas assez couverts pour y prendre du plaisir à nous y promener.

La lame de mon Laguiole Rossignol étant branlante, j'espérais retrouver la boutique où je l'avais acheté, afin de le faire resserrer, mais elle n'était plus où je l'avais connue et je ne l'ai pas vue ailleurs ! Je me suis donc débrouillé seul plus tard pour supprimer ce jeu...

J'avais précédemment fait quelques recherches et vu que Calmels proposait de telles lames en acier oxydable, celui de nos grands-pères... C'est donc chez ce coutelier que je me suis rendu pour y faire ma nouvelle acquisition. J'ai opté pour un 13 cm corne grise avec poinçon, sans me souvenir aujourd'hui si je l'avais choisi parce que je l'avais bien en main ce jour-là ou parce que le 12 n'était pas disponible ou ne m'avait pas plu. Quoi qu'il en soit, je dois avoir la main trop petite pour cette taille de manche, car je n'ai rapidement plus été à l'aise avec, et je ne l'utilise plus depuis bien longtemps. Il trône en décoration dans mon bureau, parmi la trentaine d'autres modèles divers !

Laguiole Calmels

poinçon ouvert :

Laguiole Calmels poinçon ouvert

Laguiole Calmels (vue de dessus)

J'en reparlerai plus loin : la croix n'est pas classique, elle est symétrique, alors que la "Croix du berger" est asymétrique avec un clou côté talon et trois côté lame :

Laguiole Calmels (le manche)