Ce site a pour emblème le bou-saadi, couteau traditionnellement fabriqué dans l'oasis de Bou Saâda (Algérie), le modèle que je possède ayant été forgé et monté, au début des années 60, sur commande de mon père qui y fut instituteur pendant plusieurs années. La lame a été forgée à partir d'une lime à métaux (si ma mémoire ne me trahit pas), le manche est en corne (de bélier ? pas sûr...) et le fourreau typique en bois recouvert de cuir (de chameau ?).

Mon attrait (le terme "passion" serait excessif) pour les couteaux a débuté très jeune, en digne successeur de mon père à qui j'ai toujours connu un canif dans la poche. Dès 12 ans, j'ai eu le mien, petit canif à deux lames. Plus tard, à l'occasion de vacances dans les Alpes, je me suis intéressé aux Opinel avant de visiter Laguiole dans les années 80 et d'y découvrir ses fameux couteaux. Mon intérêt s'est ravivé après quelques années de pause lorsque, après mon installation en Ardèche, j'ai découvert l'Ardéchois.

Les photos ont pour la plupart été faites au flash, direct + esclave, d'où des couleurs pas toujours exactes. J'espère pouvoir bientôt en refaire en lumière naturelle (ou artificielle mais sans flash, en mini-studio) pour être plus proche de la réalité.

Le Chambriard "Compagnon" ®

Profitant de ma commande à la coutellerie Chambriard de Thiers de leur avant dernier Cigalou, j'ai ajouté celle d'un Chambriard Thiers "Compagnon" à manche en noyer (une nouveauté non encore présente sur le site) et lame XC75.

Avez-vous remarqué que je préfère les lames oxydables ? 

Par contre, j'ai toujours des difficultés à choisir la matière du manche. J'ai quand même tendance à privilégier les bois d'origine française lorsque c'est possible. Ici, comme pour d'autres modèles, le choix a été difficile. D'abord porté sur le genévrier, il m'a fallu, pour ne pas devoir attendre une quinzaine (j'aurais pourtant pu...), changer pour le noyer (celui utilisé pour les manches de fusils haut-de-gamme), en oubliant de demander son origine, mais ce n'est pas si grave !

Eh bien, je ne regrette pas d'avoir choisi un manche en noyer et j'adresse un grand merci à Philippe Chambriard pour la qualité de ce couteau (livré dans son étui en cuir souple) et le très agréable échange que nous avons eu avant commande !

Voici donc quelques photos de ce modèle que j'ai particulièrement bien en main, le contact du bois de noyer étant par ailleurs très agréable.

Chambriard-Compagnon recto

Chambriard-Compagnon (la lame et la mitre)

Chambriard-Compagnon (manche en noyer)

Chambriard-Compagnon fermé

Chambriard-Compagnon fermé (verso)

 Chambriard-Compagnon (dos du manche, ressort guilloché)

 

Plus je le regarde, plus je le trouve splendide ! 

9 décembre 2016 : ce modèle à lame carbone, après avoir été utilisé presque quotidiennement à table depuis son achat, a été récemment remplacé par son frère à lame inox et manche en noyer (bois moins beau que celui-ci) qui fera bientôt l'objet d'une nouvelle présentation. Celui-ci trône maintenant sur le présentoir en olivier.