Ce site a pour emblème le bou-saadi, couteau traditionnellement fabriqué dans l'oasis de Bou Saâda (Algérie), le modèle que je possède ayant été forgé et monté, au début des années 60, sur commande de mon père qui y fut instituteur pendant plusieurs années. La lame a été forgée à partir d'une lime à métaux (si ma mémoire ne me trahit pas), le manche est en corne (de bélier ? pas sûr...) et le fourreau typique en bois recouvert de cuir (de chameau ?).

Mon attrait (le terme "passion" serait excessif) pour les couteaux a débuté très jeune, en digne successeur de mon père à qui j'ai toujours connu un canif dans la poche. Dès 12 ans, j'ai eu le mien, petit canif à deux lames. Plus tard, à l'occasion de vacances dans les Alpes, je me suis intéressé aux Opinel avant de visiter Laguiole dans les années 80 et d'y découvrir ses fameux couteaux. Mon intérêt s'est ravivé après quelques années de pause lorsque, après mon installation en Ardèche, j'ai découvert l'Ardéchois.

Les photos ont pour la plupart été faites au flash, direct + esclave, d'où des couleurs pas toujours exactes. J'espère pouvoir bientôt en refaire en lumière naturelle (ou artificielle mais sans flash, en mini-studio) pour être plus proche de la réalité.

Le Capuchadou ®, suite

Finalement, après avoir longtemps tergiversé, mon choix s'est porté sur un 12 guilloché lame en acier carbone et manche en corne de bélier noire, avec incustation de pierre "oeil de tigre". C'est voir et revoir la vidéo de Stefan Schmalhaus, dont j'ai précédemment parlé, qui a dicté mon choix !

J'avais envie de le faire graver "Ergé" au dos du ressort, mais il n'est possible de graver que des majuscules, et non accentuées, si j'ai bien compris. J'ai donc renoncé, en attendant de trouver une autre idée pour un autre couteau...

Pour rappel, couteau ancêtre du Laguiole, le Capuchadou® a été revisité par Richard Sossler, puis repris lorsqu'il a pris sa retraite par Gilles Steinberg, de Fontenille Pataud.

Première photo rapidement faite, en attendant de prendre le temps de peaufiner pour mieux mettre en valeur la beauté de ce couteau :

Capuchadou, corne de bélier noire

Je vais peut-être attendre un peu qu'une oxydation de la lame la rende moins brillante, car pour le moment, ça brille !

Capuchadou, lame "miroir"

 De plus près :

Capuchadou