Le Couteau Camarguais ®

Parmi les couteaux dont la forme m'attire, le Couteau Camarguais, fabriqué par Didier Lascombe à Bezouce (Gard), a retenu lui aussi mon attention.

Ici en taille 10 et manche en olivier, il tient bien en main, le mécanisme de blocage de la lame ne gênant pas, contrairement à ce que j'avais d'abord craint. Ce mécanisme de blocage de lame autorise une ouverture et une fermeture du couteau extrêmement douces et agréables, même à une seule main. La butée de lame protège celle-ci de tout frottement sur le ressort, garantissant le respect du tranchant.

Le Camarguais (recto, ouvert)

 

Le Camarguais (recto, fermé)

 

Le Camarguais (verso, fermé)

Le Camarguais (dos)

 

 

Je n'ai pas résisté à prendre aussi un "Gardian", très proche au niveau de la forme, mais dont l'usinage de la lame est différent. Par ailleurs, le système de ressort très ferme rend l'ouverture difficile, d'autant qu'il n'y a pas d'empreinte pour tirer la lame avec un ongle.

Le Gardian

Le Thiers® (signé Gilles®)

Lorsque je cherchais un couteau Laguiole de type chasse, j'ai découvert les couteaux signés Gilles® (Fontenille-Pataud), et je suis tombé sous le charme du manche en buffle brut de certains modèles.

Hélas, mon budget n'étant pas élastique, il m'a fallu faire un choix et n'en prendre qu'un, en espérant pouvoir compléter la collection plus tard. J'ai donc choisi un Thiers® à manche en buffle brut dont j'aime beaucoup l'élégance, comme je l'ai dit à Gilles Steinberg lui-même.

Le Thiers (recto, ouvert)

Le Thiers (recto, fermé)

Le Thiers (verso)

Les photos que j'ai faites de mon exemplaire étant moins belles, je vous invite à voir celles "officielles" : https://www.fontenille-pataud.com/fr/406-couteau-le-thiers-artisanal-buffle-brut.html

Un jour ou l'autre, ce Thiers® sera peut-être rejoint par un "Capuchadou" 10 cm (que je préfère, esthétiquement, au 12 cm, le tranchant de la lame étant en continuité avec le manche sur le 10 cm) et par un Laguiole "Gentleman" 10,5 cm.

L'Ardéchois ®

Ayant quitté la Provence pour le nord de l'Ardèche fin 2009, j'ai remarqué dans le tabac-presse local, sans trop m'y arrêter à l'époque (j'avais d'autres préoccupations), un couteau ardéchois.

Il y a un an, courant août 2011, je me suis de nouveau intéressé aux couteaux et j'ai cherché à en savoir un peu plus sur cet "Ardéchois", avant de me décider à en acquérir un. Je l'ai choisi à manche en noyer, un bois dont j'adore la texture, tout comme celle de l'olivier, mais hélas ce manche est trop peu veiné à mon goût !

L'Ardéchois

L'Ardéchois (fermé)

La rayure en travers de la lame est la conséquence d'un accident d'aiguisage... ????